0

Traumnovelle

A6K Advanced Engineering Centre . Charleroi

Image 353

Traumnovelle . photos: © Philippe Braquenier

Inside an unoccupied industrial building close to Charleroi train station, new working spaces for high-tech companies and start-ups and laid out according to a city grid. Autonomous work spaces frame a central public space dedicated to the communal activities of this industrial ecosystem. In the context of a post-industrial city faced with employment deficit, the conversion of the spaces of this golden age is as slow as that of historic know-hows. The Advanced Engineering Centre acts as a laboratory to experiment the new forms of work of the 21st century, faced with the transformation of the labour market.

 

Urban Grid
City grids can be considered to testify to a culture’s cosmogonia. As such, the urban grid of the post-industrial workspace is that of high individual liberty—in the form of creativity, innovation and entrepreneurial freedom—confronted with a strong regulatory framework inherited from salaried employment, which implies the control of individuals and optimisation of productivity. Referencing the Roman training camp, organised according to two perpendicular axes symbolising order and the submission of the worker to the city’s logic. The central shared spaces bring the workers together through federative collective activities, similarly to the exercise ground.

Paradigm of Transparency
The parallel strips of glazed office spaces highlight the contradiction between workers’ autonomy and their visibility. The expectation of visibility of the workers practicing their tasks, from a theoretical central viewpoint, is challenged by an overlay of transparencies and reflections. Their overlapping offers workers a respite from observation by blurring observation.

Clarify existing spatial structures
The project takes place within the complex structure of an existing building. Grafted to its circulation system, it aims at making the existing spatial structures and uses more legible. Work spaces for 8 to 12 people outline communal amenities such as various meeting spaces, as well as community and leisure spaces in the centre of the industrial slab. A functional area comprising a lobby, educational spaces and a prototyping lab links the new offices to the existing circulation nodes.

More flexible work spaces
The Advanced Engineering Centre fosters a sense of the collective and collaboration between workers, as well as optimal work and research conditions. The central space, an indoor tropical garden, offers a different kind of community and leisure space, thus encouraging new forms of work and collaboration. It generates sub-spaces which can be appropriated by users for lunch, a meeting, a game or a phone call. Thus spaces for unproductive activities take up a central position in the overall layout of the workspace. Though unproductive, these spaces are expected to yield favourable outputs in terms of motivation, team engagement and creativity.

Mixed uses and shared programmes
While offering flexible and comfortable work spaces adapted to each occupant’s expectations, A6K explores ways of generating opportunities for collaborations through shared programmes such as leisure areas, a cafeteria, a shared terrace, collective work spaces and meeting spaces as well as high-tech equipment in a prototyping lab and fab-lab. Similarly, joining work spaces and learning spaces creates opportunities for bridges between different moments.

Low-impact construction and renovation
The project is entirely removable in case the industrial space needs to be converted or demolished. Each element has been considered in terms of re-use and short construction phase (4 months). The work modules are composed of industrial storage platforms. The facilities are autonomous and can be accessed from the roofs of the work spaces. All partition materials can be detached and re-used elsewhere. The biosourced cork flooring system as well as the standardised glass panels can be disassembled and reaffected.
_

A6K Advanced Engineering Centre

PROGRAMME: Transformation of an industrial building into work and meeting spaces, educational spaces, community areas and an industrial prototyping area
CLIENT: Sambrinvest

LOCATION: Charleroi, Belgium
DESIGN TEAM: Traumnovelle, Carbonifère (landscape design)
SURFACE: 2200 m2

BUDGET: 900 000 € excl. VAT

DATE: 2019

 

Dans l’ancien Centre de Tri Postal, à un jet de pierre de la gare de Charleroi, de nouveaux espaces de travail dédiés aux start-ups et entreprises high-tech se déploient selon une grille urbaine. Des espaces de travail autonomes encadrent un espace public central où prennent place les activités collectives de cet écosystème industriel. Dans le contexte d’une ville post-industrielle en mal d’emploi, où la reconversion des espaces de l’ère d’or peine autant que celle des savoir-faire, l’Advanced Engineering Centre fait figure de laboratoire pour aborder les modes de travail du 21e siècle dans un contexte de bouleversement du marché de l’emploi.

Grille urbaine
Si le plan urbain témoigne de la cosmogonie d’une culture, celle de la culture du travail à l’ère post-industrielle est celle d’une définition individuelle – de la créativité, de la liberté d’entreprendre, de l’innovation - qui se confronte à un cadre normatif clair hérité de l’emploi salarié : le contrôle des individus et l’optimisation de la productivité. En référence au camp d’entrainement des villes romaines, réparties selon une grille orthogonale structurée par deux axes perpendiculaires symbolisant l’ordre et la soumission du travailleur à l’ordre de la cité. Les espaces centraux, partagés, rassemblent les travailleurs autour d’activités collectives et fédératrices, à l’instar du champ de manœuvre.  

Paradigme de la transparence
Les bandes de bureaux parallèles, entièrement vitrées, révèlent la contradiction entre l’autonomie des travailleurs et leur visibilité. L’attendu de visibilité du travailleur dans l’exercice de ses fonctions, depuis un théorique point central d’observation, est ici mis à mal par la superposition de transparences et de reflets qui, par leur accumulation, offrent aux travailleurs un répit en brouillant les points d’observation.

Mise en dialogue avec l’existant 
Le projet s’implante dans le système complexe d’un bâtiment industriel existant composé d’une halle traversante vide orientée nord-sud, vers la ville et le ring, et d’une bande de bureaux et espaces techniques sur la façade est, faisant face à la gare de Charleroi. Se greffant à son système de circulations, le projet s’efforce d’apporter de la lisibilité à la superposition de fonctions qui prennent place dans ce bâtiment vide. Une bande fonctionnalisée fait charnière avec les noyaux du bâtiment existant et comprend les espaces d’accueil, de formation et de prototypage industriel. Les espaces de travail se déploient de part et d’autre d’espaces collectifs dans l’espace vide de la halle industrielle. Ainsi la structure spatiale existante de la halle de tri postal et ses diverses extensions est clarifiée et renforcée.

Le lieu de travail s’assouplit 
Afin de faire émerger un sens de la collectivité et de la collaboration entre travailleurs, un jardin collectif forme le cœur du projet. De vastes jardinières métalliques accueillent une végétation tropicale luxuriante. Elles sont aménagées de manière à générer des sous-espaces divers, librement appropriables par les usagers pour déjeuner, se réunir, faire la sieste ou téléphoner. Les espaces « non-productifs » forment ainsi le cœur du projet. Le discours sous-jacent maintient qu’ils puissent devenir profitables en termes de motivation, stimulation ou créativité des employés.

Mixité des usages et mutualisation
Tout en offrant des espaces de travail souples et confortables pour 8 à 12 personnes représentatifs des exigences de chaque occupant, le projet A6K explore également les manières de faire émerger des collaborations autour de projets communs et de moments de détente. Une grande importance est ainsi accordée à créer des opportunités de mutualisation : espaces de détente et de loisir, cafétéria, terrasse, espaces de travail collectif et de réunions, mais aussi des lieux de mise en commun des équipements de travail comme une halle de prototypage industriel et fab-lab. De plus, le rapprochement de la formation et du lieu de travail permet de créer des passerelles entre les différents moments du parcours du travailleur industriel. 

Réduire l’empreinte d’une construction 
Le projet a été conçu de manière à pouvoir être entièrement démonté et réassemblé en cas de réaffectation de la halle. Chaque élément a été pensé en fonction de sa capacité de réemploi ainsi que sur la rapidité de montage (chantier de 4 mois). Les éléments structurels des modules de travail sont constitués à partir de plateformes de stockage industrielles démontables. Les techniques sont désolidarisés des modules, accessibles depuis les toitures, et l’ensemble des matériaux de cloisonnement sont démontables et réadaptables. Le revêtement de sol en liège bio-sourcé ainsi que les panneaux vitrés de dimensions standard sont désassemblables et réutilisables.